Comment faire face à la crise des talents dans la High Tech ?

Comment faire face à la crise des talents dans la High Tech ?

Le Club des Partenaires IT a consacré son premier dîner de l’année 2016 à la problématique du recrutement dans le secteur du numérique. Mercredi 10 février, dans les salons de SwissLife Banque Privée, place Vendôme, les participants ont assisté à une table ronde intitulée « Comment faire face à la crise des talents ». Aujourd’hui, les entreprises peinent à trouver les compétences IT dont elles ont besoin et seulement une minorité d’entre elles mettent en place une stratégie de fidélisation de leurs salariés. Les quatre participants à la table ronde ont partagé leurs expériences et leurs conseils relatifs à ces deux problématiques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Lionel Desage, président d’Ynov, un groupe spécialisé dans les formations aux métiers du numérique, a illustré par une situation concrète la carence des talents dans le secteur de l’IT : « Quand vous allez sur un salon étudiant, 100 jeunes vont être intéressés par l’informatique et 700 par les écoles de commerce. » Parmi les entreprises à la recherche de talents, les éditeurs sont les mieux placés pour les attirer. « Dans les ESN, il y a un turnover plus important que chez les éditeurs car les salaires ne sont pas les mêmes », a expliqué Bernard Ourghanlian, directeur technique chez Microsoft France et Administrateur au Syntec Numérique. Didier Rochereau, cofondateur de Sparus Software, un éditeur de solutions de gestion de parcs de terminaux mobiles racheté par l’américain Zenprise en 2010, a raconté son expérience. « On n’avait pas forcément les moyens de bien rémunérer nos collaborateurs mais nous avons réussi à en recruter et à les conserver grâce à notre leadership technologique. L’ambition d’un projet est très important pour un candidat », a souligné l’entrepreneur.

Conserver les talents au sein d’une entreprise est aussi difficile que de les recruter, comme l’a précisé Bernard Ourghanlian. « La création nette de l’emploi dans le secteur était de 12 000 en 2014 mais le taux de chômage a légèrement augmenté. Il y a donc un double problème : maintenir à jour les compétences des salariés et réussir à trouver les talents dont on a besoin. »

Les participants de la table ronde se tous sont accordés à dire que le problème du recrutement des talents dans le secteur de l’IT doit être résolu en amont : à l’école. Didier Rochereau et Lionel Desage ont prôné le recours aux contrats de qualification et aux partenariats avec les écoles. OpenClassrooms, une plateforme de MOOC en ligne spécialisé dans les formations du digital, cherche à toucher les salariés tout comme les étudiants. « Nous créons des parcours métiers surtout dans le digital avec des écoles comme Polytechnique, Centrale, Sciences Po et aussi des entreprises. Les grandes écoles et les universités sont parfois en retard sur ces sujets. Nous essayons donc de réduire ce gap et d’être plus réactifs sur ces formations », a raconté Pierre Dubuc, le cofondateur de cette start-up. Pour le CTO de Microsoft France, il faut prendre le problème encore plus en amont, c’est-à-dire à l’école primaire. « Il existe très peu de situation dans lesquels les écoliers sont exposés aux sujets du numérique. Il faut attendre d’être en terminale avec l’option informatique ! »

Quid des solutions pour lutter contre cette carence ? Les intervenants ont chacun leurs idées. Lionel Desage a rappelé l’existence – peu connue – de la POE (Préparation Opérationnelle à l’Emploi). Ce dispositif de Pôle Emploi permet à une entreprise de formaliser les compétences précise qu’elle souhaite. Plusieurs entreprises peuvent se regrouper sous forme de POE collective si elles sont à la recherche de profils identiques. D’autres solutions ont été évoquées par les participants comme la cooptation, les cabinets spécialisés ou encore les contrats en alternance. « Il faut repérer les jeunes dès leur troisième année, quand ils recherchent un stage qui leur plaisent vraiment. En cinquième année c’est trop tard car ils sont déjà ailleurs, prêts à être embauchés », a insisté Lionel Desage.

Enfin, l’entreprise doit s’impliquer dans un écosystème : participer à des salons, des meet up, des conférences… « Trouvez le domaine d’expertise de votre collaborateur et faîtes le monter. Envoyer vos CTO à des évènements. Tout ça paye car les meilleurs profils sont dans ces écosystèmes et sont à la recherche d’une meilleure expertise », a conclu Pierre Dubuc.

 

Les start-up invitées

Breaz

Activité : Plateforme qui permet à des entreprises tech sélectionnées de soumettre des demandes d’entretiens à des profils qualifiés (développeurs, data Scientists, UX/UI designers et product managers). Breaz ne prend une commission qu’en cas de signature d’un contrat de travail.

Recherche de partenariat : Clients finaux dans le secteur des technologies pour les accompagner dans le cadre de leurs recrutements.

CodinGame

Activité : Plateforme de développement de compétences en code à travers des jeux de programmation dédiée aux développeurs. Mise en relation des développeurs passionnés et talentueux avec des entreprises de la tech (pour du recrutement, de l’API-testing, du lancement de produits, etc.).

Recherche de partenariat : Partenariat commercial et/ou intégration de nouveaux contenus, nouvelles technologies sur la plateforme.

365Talents

Activité : Solution Cloud de détection et développement des talents de l’entreprise en temps-réel. Plateforme web et mobile qui exploite le meilleur de l’intelligence collective et du big data pour aider les entreprises à mieux connaître leur patrimoine humain et accélérer leur transformation digitale au quotidien.

Recherche de partenariat : Sociétés de services (ESN notamment) pour une gestion simplifiée et temps-réel des compétences et expériences de leurs collaborateurs. Nouveaux partenariats similaires à Bluekiwi, Office 365 par exemple.

NumericALL 

Activité : une école WebForce3 de formation au code, qui forme en 490 heures, des développeurs-intégrateurs web opérationnels. Formation intensive de 3 mois et demi.

Recherche de partenariat : Avec des employeurs potentiels de leurs élèves.

MyJobCompany 

Activité : MyJobCompany  révolutionne  le  marché  du  recrutement  avec  un  concept  disruptif : transformer  les  internautes en  headhunters  grâce  à  une  technologie  innovante  de cooptation.

Recherche de partenariat : Nous sommes ouverts aux partenariats avec des éditeurs sur des outils et approches complémentaires à la nôtre, et de façon générale aux acteurs intéressés par l’innovation dans le recrutement

Le prochain dîner aura lieu mercredi 6 avril 2016.


  • Lionel Desage,
    Président, Ynov

  • Bernard Ourghanlian,
    Directeur technique, Microsoft France

  • Pierre Dubuc,
    Cofounder, OpenClassrooms

  • Didier Rochereau
    Senior Vice-President Europe, Agave Partners Holdings
2018-08-09T01:22:45+00:00