Accélérer l’innovation : comment créer des modèles agiles avec ses clients ?

Pour son troisième dîner de l’année, qui a eu lieu le 7 juin place Vendôme dans les locaux de Swiss Life Banque Privée, le Club des Partenaires s’est posé la question de l’innovation avec ses clients. Souvent, l’innovation est moins une évolution technologique qu’une stratégie de communication. Or, cela nécessite des investissements conséquents. L’idée est donc de savoir comment la place du client au cœur de ces initiatives peut permettre la monétisation et la création de modèles agiles concrets.

Pour échanger sur le sujet, les directions de l’innovation de Devoteam, Hub One, GE Digital Foundry, Axa Group et Malakoff Médéric ont partagé leur expérience et leur stratégie d’innovation en collaboration avec leurs clients.

 

Etienne Bureau – Strategy and innovation director – Devoteam

La thématique de ce dîner m’a inspiré une autre question : comment peut-on innover avec nos clients sur une plateforme cloud ? Cela signifie souvent être plus innovant, plus vite, car notre mission est d’aider nos clients à évoluer pour leurs clients. Chez Devoteam, nos clients sont pour la plupart des grands comptes. Ils sont donc assez matures en matière d’innovation. Ils ont souvent des pôles de R&D depuis longtemps, voire des labs ou même des fonds d’investissement. Il nous a fallu trouver d’autres moyens d’accélérer l’innovation. On a donc choisi de revoir notre manière d’appréhender l’innovation en déterminant le terrain pour s’exprimer avant de réfléchir à l’idée. Ainsi, nous répondons à des besoins opérationnels qui répondront eux-mêmes à un besoin à la performance.

Soline Oszlanski – VP strategy and innovation – Hub One

Notre idée est de lier la stratégie avec l’innovation. Pour cela nous choisissons notre route puis nous  nourrissons notre stratégie tout en étant sur le terrain. Notre enjeu est d’accélérer la croissance, pour cela nous avons l’objectif de concrétiser trois projets par an. Nous fonctionnons avec deux dispositif : le premier est l’innovation pure, à savoir celui que nous développerons nous-mêmes et le second est la co-innovation avec nos clients. Et c’est précisément ce second dispositif qui est intéressant puisque nous n’innovons plus pour nous, mais pour nos clients directement.

Robert Plana – Directeur de l’innovation et des écosystèmes – GE Digital Foundry 

Notre expérience se fonde avant tout sur l’innovation autour de la transformation digitale de l’industrie. Depuis 5-10 ans, tout le monde prône l’agilité mais chaque marché commence par un appel d’offre. Or, ces appels d’offres ne sont pas agiles. Je suis convaincu que l’agilité doit passer par eux. Il faudrait plus d’interactivité entre les clients et les fournisseurs de solutions. Souvent on présente la technologie d’abord, c’est une erreur. Cela revient à imiter les SI qui ne fonctionnaient pas ces dernières années. L’objectif est de donner la parole aux clients lors des appels d’offre afin de faire une cartographie par une méthode agile pour favoriser l’innovation.

Philippe Rambaud – Programs director – Axa Group

La transformation d’un groupe c’est aider les entités à se rationaliser, autrement dit réduire les coûts. Seulement avant de licencier en masse, il faut corriger le process, réévaluer les notions d’innovation client et de business model. Par exemple avec les véhicules autonomes, on observe une disruption du marché de l’assurance. Notre métier d’hier sera obsolète demain. Pour répondre au mieux aux nouveaux enjeux, il faut transformer les agents de vente en agents de conseil. On passe d’un produit unique à un produit personnalisé. Depuis un an, l’idée est de mettre le client au centre et de se transformer de payeur de sinistre tous les 5 ans à un vrai partenaire du client.

David Giblas – Chief innovation, digital and data officer –  Malakoff Médéric

L’innovation dans le marché du B2B, c’est passer d’un système de service à un système d’usage. La culture client permet de partir des processus trop contraignants, puis de les rationaliser pour en faire du business. Ainsi, notre responsabilité est de voir s’il y a de la valeur pour nous et pour nos clients. Désormais, nous fonctionnons co-expérimentation systématique avec les clients. De cette manière, nos équipes vont vivre l’expérimentation pour comprendre et trouver la solution la plus adaptée. L’agilité va permettre aux meilleures idées de survivre. C’est pourquoi l’innovation doit partir du client pour qu’on puisse répondre précisément à sa question. Nous ne sommes pas un laboratoire de recherche, nous délivrons de la valeur à nos clients et nos employés.

 

3 start-up ont également présenté leur solution :

– Steve Fogue, CEO de Particeep,

– Damien Heiss, COO d’Inwibe,

– Samuel Nakache, CTO de Yoomap.

 

Les membres du club et les invités ont pu débattre et échanger autour des stratégies de chacun pour innover avec ses clients. Co-expérimentation, personnalisation ou stratégie de réflexion ont été évoquées lors du dîner, ce qui montre l’importance d’un système agile. La culture client doit évoluer pour que les manières d’innover évoluent. Cela implique donc que la relation client-fournisseur tende vers un véritable partenariat avec le client pour être plus proche de lui et de ce qu’il demande. L’objectif est de réinventer son écosystème pour être plus réactif et donc monétiser sur une valeur créée en rapport avec le besoin du client.